PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM

Invité
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918   Sam 31 Déc 2011 - 9:06

1. Epoque de la "Reconstruction" 1865 -1896
Introduction
La période d'après-guerre de Sécession est marquée par la domination des républicains dans les affaires nationales. Le Parti républicain conserve le contrôle des deux Chambres du Congrès jusqu'en 1875 et la présidence jusqu'en 1885. Cette période qui vit la réintégration des États sécessionnistes dans l'Union, ainsi que la politique menée à leur égard est appelée la période de Reconstruction ("Reconstruction Period").
• Reconstruction politique: avec l'acceptation du 13ème Amendement par les États du Sud et réintégration de ces États dans l'Union.
• Reconstruction du Congrès, avec le vote de trois amendements à la Constitution.
• Reconstruction présidentielle: Amnistie et droit de vote accordé à tout électeur faisant serment de loyalisme aux États-Unis.

A la fin de la guerre civile, le Sud n'était plus qu'un champ de ruines. La destruction physique qu'entraina l'invasion des forces du Nord était considérable, et l'ancien ordre social et économique fondé sur l'esclavage était complètement effondré, sans rien pour le remplacer. Les onze États confédérés devaient d'une manière ou d'une autre regagner l'Union à condition que leurs gouvernements acceptent de discuter du rôle de l'émancipation des esclaves dans la société du Sud.

1- Le plan d'Abraham Lincoln
Abraham Lincoln pronait une politique modérée, il annonce le plan dix pour cent:
• le 1er janvier 1863, en pleine guerre, le président Abraham Lincoln avait proclamé l'émancipation des esclaves dans les états insurgés ("Emancipation Proclamation"). Mais il n'avait pu faire inscrire l'abolition de l'esclavage dans la Constitution faute d'une majorité suffisante au Congrès.
• Dès le 8 décembre 1863, le président Lincoln proposa un plan d' "Amnistie et de Reconstruction" ("Proclamation of Amnesty and Reconstruction"), motivé par le désir de construire un parti Républicain fort au Sud et d'en terminer avec l'amertume engendrée par la guerre dans la zone de la Confédération occupée par les armées de l'Union. Il promettait le pardon à tous les Sudistes, - à l'exception des hauts dignitaires militaires et civils de la Confédération ou de ses États, - qui prêteraient un serment de loyauté à la Constitution et jureraient d'obéir à la législation de temps de guerre et aux proclamations relatives à l'esclavage. Dès que dix pour cent de l'électorat de 1860 d'un État auraient respecté ces clauses, cet État sera en mesure de rédiger une nouvelle Constitution, d'abolir l'esclavage, d'élire de nouveaux officiers d'état et d'envoyer des représentants au Congrès.
Ce plan devint la base du programme présidentiel de la Reconstruction, qui fit se confronter âprement au Congrès Lincoln avec les radicaux qui croyaient que le Président voulait seulement remettre la vieille aristocratie des planteurs au pouvoir, alors qu'ils réclamaient une protection pour les esclaves affranchis et une reconstruction plus ambitieuse. En juillet 1864 le Congrès avait approuvé le "Wade-Dave Bill", qui fixait entre autres comme condition à la réintégration des États du Sud dans l'Union l'octroi du droit de vote aux Noirs.

Le treizième Amendement à la Constitution abolit l'esclavage
Le parti républicain au pouvoir arrive à réunir les deux tiers des représentants autour du 13e Amendement et très vite, la plupart des États sudistes retrouvent leur place au sein de l'Union.
Adopté le 31 janvier 1865, ratifié le 18 décembre 1865, il énonce:

"Ni esclavage ni servitude involontaire, si ce n'est en punition d'un crime dont le coupable aura été dûment convaincu, n'existeront aux États-Unis ni dans aucun des lieux soumis à leur juridiction".

"Le Congrès aura le pouvoir de donner effet au présent article par une législation appropriée".

La Guerre de Sécession est à peine terminée que le Congrès tranche sur ce qui en fut la cause directe: l'esclavage dans les plantations de coton du Sud.

• Le 11 avril 1865, deux jours après la reddition du général Lee à Appomatox, le Président Lincoln, dans le dernier discours qu'il prononca en public à la Maison Blanche ("Last Public Address"), expose son programme de reconstruction ("re-inauguration of the national authority") tel qu'il l'avait annoncé en décembre 1863


2- Le plan d'Andrew Johnson
Le président Lincoln est assassiné le 14 avril 1865, quelques jours après la fin de la guerre. Le vice-président Andrew Johnson lui succède. Pour déterminer le statut des États ayant fait sécession, il reprend la voie ouverte par son prédécesseur.
Les premiers mots de cet ardent unioniste des montagnes du Tennessee s'adressèrent aux radicaux en attaquant l'aristocratie des planteurs et insistant pour que la rébellion soit punie. Il promulgua une amnistie le 29 mai dont les termes sont moins généreux que ceux envisagés par Lincoln.

A ses yeux, les habitants des États sudistes ne se sont jamais séparés légalement de l'Union; abusés par quelques citoyens déloyaux, ils ont défié l'autorité fédérale. La formation d'un gouvernement fidèle à la Constitution américaine serait reconnue comme le gouvernement légal de l'État .

Son plan proclame l'amnistie pour les rebelles qui le demandent et un programme de "restauration" qui favorise l'institution de gouvernements provisoires dans les États du Sud en s'appuyant sur les Petits Blancs et refusant le suffrage aux Noirs. L'intention évidente était d'enlever le controle politique au Sud à la vieille aristocratie de planteurs pour la transférer vers les petits fermiers et artisans, et il promit d'opérer une révolution dans la société du sud.

Le Congrès n'était pas favorable à ce projet. Thaddeus Stevens, va même jusqu'à recommander que les planteurs du Sud soient soumis à l'autorité militaire pour une période d'essai. Johnson mit son plan en application. Il nomme un gouverneur provisoire pour chacun des États anciennement sécessionnistes et, usant de son droit de grâce, restitue leurs droits politiques à un grand nombre de sudistes.

Des Conventions assemblées, étaient chargées, dans chaque État, d'annuler ou d'abroger les ordonnances de sécession, d'abolir l'esclavage et sauf pour la Caroline du sud, d'annuler les dettes de guerre. Leurs nouvelles législatures élues (sauf pour le Mississippi), ratifièrent le XIII e Amendement garantissant la liberté pour les Noirs. Fin 1865, tous les ex-États confédérés (sauf le Texas) avait rétabli un gouvernement civil. Mais l'immense coût humain de la guerre et les changements sociaux qu'elle apporta amène le Congrès à bloquer la réadmission des États rebelles dans l'Union.

Par contre, les États ayant acceptés la sécession n'ont pas encore repris leur rang au sein de l'Union, puisque le Congrès n'a pas encore installé leurs Sénateurs et leurs Représentants élus dans les États de Louisiane, Arkansas, Tennessee et Virginie qui viennent à présent à Washington occuper leurs sièges au parlement. Au cours des quelques mois suivants, le Congrès entreprend l'établissement d'un plan pour la reconstruction du Sud, en tout point différent de celui qu'avait amorcé Lincoln et que Johnson avait poursuivi.
Cette situation conduisit à une impasse entre le Président et le Congrès.

En fait les élites politiques du Sud ne se renouvelèrent pas. Les législations locales reconstituèrent un cadre propice à l'assujetissement des Noirs (exclusion du droit de propriété, répression de vagabondage, interdiction de vote), notamment à l'aide des codes noirs (lois restrictives).

Un public indigné au Nord croyait que les fruits de la victoire étaient perdus par la politique clémente de Johnson. Sa tactique conduisit les modérés à rejoindre le camp des radicaux.


Les républicains dénoncent la faiblesse du président A. Johnson à l'égard du Sud, ravagé par la guerre, et lui imposent des conditions beaucoup plus sévères. Afin d'empêcher toute discrimination raciale de la part des législatures du Sud, le Congrès vota donc deux mesures:

1- Création du "Freedmen's Bureau" en mars 1864
• En vue de résoudre l'un de ses importants problèmes, la condition des Noirs maintenant affranchis, en mars 1865, le Congrès crée le Bureau des affranchis ( "Freedmen's Bureau Bill") destiné à protéger et à aider les esclaves libérés à se réinsérer et à faire respecter leurs droits. Le renouvellement de ce bureau, créé pour un an, reçu le veto présidentiel, ce qui marqua le début du combat du Président avec les Républicains du Congrès au sujet de la Reconstruction. Ceux-ci parvinrent à organiser malgrè tout un bureau qui fonctionna comme une machine politique, organisant le vote des Noirs en faveur du parti Républicain.

Il est aussi envisagé, pendant un certain temps, d'organiser toutes les terres abandonnées dans le Sud et d'accorder des titres de propriétés aux quatre millions de Noirs émancipés en leur donnant à chacun 40 âcres et un mulet ("Forty acres and a mule") mais rien ne se produit. Ces réformes entraîneraient un coût essentiellement supporté par les blancs et très vite le Bureau des affranchis fait l'objet de critiques farouches car les sudistes craignent que l'émancipation des Noirs soit trop rapide. La reconstruction économique ne permet donc pas l'égalité raciale.

2- Les lois sur les droits civils et la Reconstruction
• "Civil Rights Act". Une des questions majeure de la reconstruction est celle des droits civiques pour les anciens esclaves des États du Sud. En réponse aux tentatives du Sud de refuser ces droits, le Congrès vote le 9 avril 1866 une Loi des Droits Civils ("Civil Rights Act") accordant aux Noirs les mêmes droits civiques qu'aux Blancs, visant à empêcher toutes législations discriminatoires. (une autre Loi suivra en 1875).

• "First Reconstruction Act". Après d'importants gains du Parti républicain aux élections de mi-mandat en 1866, la première Loi de Reconstruction ("First Reconstruction Act") est adoptée le 2 mars 1867. Elle déclare d'emblée "Il n'existe en ce moment ni gouvernement légal, ni protection adéquate de la liberté ou de la propriété dans les états rebelles". L'acte prévoit que le Sud sera divisé en cinq zones militaires, chacune placée sous l'autorité d'un major General ( à l'exception du Tenesee réintégré en 1866). Il était prévu d'organiser des élections dans chaque État auxquelles les esclaves Noirs mâles pourraient participer. La Loi incluait la possibilité pour les États du Sud d'être à nouveau admis dans l'Union s'ils ratifiaient le 14me Amendement. mais les Sudistes résistèrent. Il fallut donc compléter la Loi à trois reprises:
- par la deuxième Loi de Reconstruction (22mars 1867);
- par la troisième loi de Reconstruction (19 juillet 1867) qui autorisait les autorités militaires à enregistrer et à superviser les élections des délégués aux Conventions constitutionnelles;
- puis la quatrième Loi de Reconstruction ("4th Reconstruction Act") votée le 11 mars 1868, permettant à ce que la Constitution de l'État soit ratifiée par la majorité des votants, en effet certains Sudistes pensaient pouvoir ne pas ratifier leur Constitution en ne participant pas au vote.

En juin 1868 l'Arkansas fut le premier État Confédéré à se soumettre à la reconstruction.


3- Le quatorzième Amendement à la Constitution
Le 13 juin 1866, le Congrès adopte le 14eme Amendement à la Constitution, qui est ratifié le 28 juillet 1868, il énonce:

"…aucun État ne fera ou n'appliquera de lois qui restreindraient les privilèges ou les immunités des citoyens des États-Unis; ne privera une personne de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédure légale régulière; ni ne refusera à quiconque relève de sa juridiction l'égale protection des lois…"

"…l'égale protection de la loi pour tous les citoyens : sont citoyens des États-Unis et de l'État dans lequel elles résident, toutes personnes nées ou naturalisées aux États-Unis ou soumises à leur juridiction…"

"…Les personnes ayant prété assistance à la rebellion sont interdites de fonctions officielles dans le gouvernement des États-Unis. Les dettes contractées par les États Confédérés en rebellion contre les États-Unis sont nulles, aucune compensation ne peut être demandée pour l'émancipation des esclaves…"

Cet Amendement accorde et reconnait donc la citoyenneté et l'égalité des droits aux Noirs, Il élimine les confédérés de toutes les activités politiques et administratives.

Après que le Président Johnson ait mis son veto, le Congrès revota l'amendement le jour même.
Le 28 juillet 1868 le 14eme Amendement entre en vigueur. Toutes les législatures des États méridionaux, celle du Tennessee exceptée, refusent de ratifier l'Amendement; nombre d'entre elles votent à son encontre à l'unanimité.

L'ampleur des destructions causées par l'invasion du Sud, sa défaite, suivie par une politique d'exploitation économique des États vaincus après la guerre font naître une amertume durable dans le Sud, à l'égard du gouvernement des États-Unis. L'incapacité du gouvernement fédéral a réunir et réconcilier réellement le pays est la cause de son échec, pendant plusieurs décennies, à garantir les droits civiques des anciens esclaves Noirs dans le Sud.

Le Congrès s'acharne pour faire aboutir la loi sur la Reconstruction, car il voit en elle la défaite et l'humiliation du Président Johnson. Le 22 février 1868 le Congrès initie, pour la première fois dans l'histoire des États-Unis, la procédure de destitution ("Empeachment") contre le président pour violation du "Tenure of Office Act": Loi du 2 mars 1867 sur la nomination/révocation des fonctionnaires civils par le président. La tentative faite pour destituer Johnson échoue et il conserve son poste jusqu'à la fin de son mandat.

3- Présidence d'Ulysses S. Grant
• 3 novembre, Lors de l'élection présidentielle de 1868, Johnson, jugé incompétent et dépourvu de charisme, cède la place à un prétorien, l'ancien général Ulysses Simpson Grant à la Présidence de la République. La période de la Reconstruction entraine des mouvements considérables dans la société du Sud.

Sous sa présidence, le Sud est littéralement envahi par des profiteurs sans scrupules, les "carpetbaggers", sans autre fortune qu'une valise (d'où leur surnom: porteurs de valises). On les surnomme aussi "scalawags" (propres à rien). Ces aventuriers opportunistes du Nord viennent tenter de participer à la vie politique et prendre le pouvoir local.

Ces "Yankees" dressent les Noirs contre les Blancs. Ils exploitent la naïveté des anciens esclaves et font élire des hommes de paille noirs à leur dévotion.
Tirant parti de l'occupation militaire, ils s'installent aux commandes des États du Sud, rachetant les propriétés dévaluées et volant l'argent public.
C'en est fini du paternalisme souvent brutal qui inspirait dans le Sud les relations entre maîtres et esclaves!
Les planteurs déchus et les Blancs pauvres victimes de la concurrence des anciens esclaves sur le marché du travail développent un racisme viscéral, violent et souvent criminel.

Ces excès provoquent un vif ressentiment chez les sudistes. C'est ainsi qu'entre décembre 1865 et 1867 de jeunes ex-officiers confédérés fondent le Ku-Klux-Klan, qui ne comporte pas encore les aspects racistes et violents qui feront sa célébrité plus tard. Le KKK se dit chargé d'administrer l' "Empire Invisible", c'est à dire les États du Sud; sa structure est étrange et fantastique: un Grand Sorcier et Dix Génies habillés de grandes cagoules blanches sont destinés à effrayer les non initiés. Mais rapidement le KKK, fait règner la terreur par des comportements racistes et meurtres violents. On lui attribue le lynchage et la mort de 4.000 Noirs entre 1866 et 1914.

Bien qu'interdit en 1869, il réunit jusqu'à un demi million de sympathisants.
Ces derniers brutalisent ou tuent les anciens esclaves pour les empêcher de faire usage de leurs droits civiques. Ils utilisent aussi toutes les ressources de la loi pour établir un régime de ségrégation raciale.
Il faudra près d'un siècle et plusieurs autres amendements à la Constitution avant que les droits civiques des descendants d'esclaves soient partout reconnus.

Le quinzième amendement à la Constitution
Voté par le Congrès le 26 février 1869 et ratifié le 3 février 1870 par les législateurs d'état, il stipule: "Le droit de vote des citoyens des États-Unis ne sera dénié ou restreint ni par les États Unis, ni par aucun État, pour cause de race, de couleur ou de condition antérieure de servitude."
La ratification des XIVe et XVe amendements est imposée aux États du Sud comme une des conditions de leur réintégration dans l'Union. La réintégration est effective en 1870, mais la politique de la Reconstruction se poursuit jusqu'en 1877.

• En 1869, Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony créent la "National Woman Suffrage Association", cette initiative inaugure une campagne qui durera cinquante ans en vue d'obtenir le droit de vote pour les femmes.

• 10 mai 1869 : A Promontory Point dans l'Utah. Lieu de rencontre des chantiers de la Central Pacific Railroad et de l'Union Pacific Railroad; la première ligne de chemin de fer transcontinentale est ouverte. Désormais il est possible d'aller de la côte Atlantique à la côte Pacifique en huit jours.

Le Wyoming autorise le vote des femmes.

A partir des années 1870, l'ancienne classe des planteurs dépossédés se font à nouveau plébisciter par la multitude des petits blancs sur un programme populiste qui ne cessera d'imprégner la tradition sudiste jusqu'à nos jours.


• 1876
- Le Colorado devient le 38 ème état.
- Le téléphone est inventé par Graham Bell
- 25 juin 1876 bataille de Little Big Horn.

• le 24 avril 1877 : Fin officielle de la Reconstruction.
Avec le temps, il devient évident ques les dures lois, les rancoeurs tenaces à l'encontre des anciens confédérés n'aident pas à résoudre les problèmes du Sud. Le Congrès vote donc, en mai 1872, une loi d'amnistie générale, rendant à tous leurs pleins privilèges politiques, sauf à quelque 500 sympathisants des confédérés. Petit à petit, les sudistes commencent à élire des membres du parti Démocrate à des postes officiels et, vers 1876, les Républicains ne demeurent au pouvoir que dans trois états méridionaux.

4- Présidence de Rutherford B. Hayes (1877-1881)
En 1877 l'élection présidentielle, indécise, est décidée par la Chambre des Représentants en faveur de Rutherford Hayes, le candidat du Nord, au détriment de Samuel Tiden, soutenu par le Sud.

Fin de la Reconstruction
Il est généralement admis que cette élection est obtenue en échange de la fin de la Reconstruction, appellé "compromis de 1877". La théorie ne fait pas l'unanimité des historiens. Il apparait cependant que le Sud ne connaîtra pas de paix tant que le troupes nordistes ne se seront pas parties. L'année suivante, le Président Rutherford B. Hayes les retirent, admettant par son geste l'échec de la politique "radicale" de Reconstruction.

Cependant, le Sud est une région non seulement dévastée par la guerre, mais écrasée sous le fardeau des dettes accumulées par un mauvais gouvernement et plusieurs années de guerre raciale. Après 12 ans de "faux relèvement" (false reconstruction" selon plusieurs sudistes).

Fin des droits civiques
La fin de la Reconstruction signifie aussi la fin des droits civiques pour les Noirs américains. Les années passant, le Nord perd son intérêt pour la question, et le Sud est de fait autorisé à rétablir la ségrégation raciale. Après la période de la Reconstruction, une grande partie de la législation des droits civiques est déclarée anticonstitutionnelle par la Cour suprême. Tout particulièrement, la Cour suprême déclare dans les "Civil Rights Cases" de 1883 que le "Civil Rights Act" de 1875 est inconstitutionnel, le XIVe Amendement ne concernant que les États et non les personnes, le Congrès ne peut interdire aux personnes et entreprises privées (transport, restauration, théâtres) de pratiquer la ségrégation.

Mouvements sociaux
• Le présient Hayes eut à faire face à une importante et sanglante grève des employés du chemin de fer commencée à Baltimore pour laquelle il dut envoyer l' armée pour assurer l'ordre.

• En 1878, Le premier syndicat national de l'Union fondé en 1869, rassemble les délégués des Chevaliers du travail. Ils veulent obtenir la journée de huit heures. L'Organisation sera dissoute en 1886 après les émeutes de Haymarket.

• L'American Federation of Labor (AFL), est crée par Samuel Gompers.


5- Création de l'Institut Tuskegee
L'Université Tuskegee est historiquement le seul collège pour les Noirs qui fut fondé, qui appartenait et fut dirigé par des Noirs. L'Université a été créée en 1880 par une charte émanant de la Législature de l'Etat de l'Alabama. Elle est située à 50 miles à l'est de Montgomery. Le premier Président de l'école, le Dr Booker T. Washington, était ancien esclave, devenu diplômé, et leader des Afro-Américains, il ouvrit l'école à la formation de professeurs de couleur le 4 juillet 1881. La date est symbolique ("Independence Day") le Président de l'Université à travers son programme "éducation et industrie" voulait diriger pour les Noirs récememnt émancipés.

Il voulait persuader les Américains d'investir dans l'éducation de haut niveau pour les Noirs. Il le fit à une époque où les opinions étaient stéréotypées et négative à ce sujet. Au début, le programme de l'Institut Tuskegee prévoyait d'enseigner à des Noirs émancipés les métiers et les compétences de façon à trouver un emploi et qu'ils aident leur communautés.
L'un des buts de Washington était d'agir en autonomie.

Sous la direction de Washington, les étudiants construisaient les bâtiments, produisaient leur nourriture, confectionnaient leurs vêtements et s'occupaient de leur propres besoins de base. La faculté Tuskegee utilisait chacune de ces activités pour apprendre aux étudiants les compétences de base qu'ils devraient partager avec les communautés Afro-Américaines dans tout le Sud.
En 1882, le Dr Washington acheta 100 acres (environ quarante hectares) de terres qui ont constitué le noyeau du campus actuel. Ce qui permit de construire le District Historique de l'Institut National Tuskegee. L'Université de Tuskegee est la seule institution de haut niveau d'études aux États-Unis à être désigné Site National Historique

Au George Washington Carver Museum, on peut voir une expositrion des Tuskegee Airmen, le premier escadron de Noirs à voler dans l' U.S. Air Force. Le musée a été nommé du nom de Carver, professeur de sciences et d'agriculture, qui est connu comme étant le découvreur de la cacahuète

Beaucoup de Noirs diplômés de Tuskegee sont devenus leaders. L'Université a formé plus de généraux Afro-Américains que n'importe quel autre collège.


Quatre cent cinquante pilotes combattants Noirs, sous le commandement du Col. Benjamin O. Davis, Jr. (qui devint trop tard nommé le premier général Noir de l' U. S. Air Force) combattirent dans les airs en Afrique du Nord, Sicile et en Europe. Ils firent 15.553 sorties, accomplirent 1.578 missions au cours de la seconde guerre mondiale.

• 29 décembre 1890: Wounded Knee.

6- Plessy vs Ferguson.
• Le 18 mai 1896, dans l'arrêt Plessy contre Ferguson (Plessy vs Ferguson), la Cour suprême des États-Unis autorise les états eux mêmes à pratiquer la ségrégation, pourvu que les conditions offertes aux diverses races soient "séparées mais égales" ; C'est la doctrine "separate but equal" qui soutient que les Noirs ont droit à des installations publiques identiques à celles des Blancs, mais qu'il n'est pas nécessaire que les deux groupes partagent les mêmes installations. Cet arrêt permet à certains états de légiférer en matière de ségrégation et d'instaurer une discrimination raciale sous l'égide de la loi.

• Ce n'est qu'à partir de l'arrêt historique "Brown v. Board of Education" de 1954 que la doctrine fut remise en cause. Un nouveau Civil Rights Act est voté par le Congrès en 1964, et cette fois, soutenu par la Cour suprême. Cet acte, avec la loi sur le droit de vote ("Voting Rights Act" ) de 1965, met effectivement fin à la ségrégation.

En 1936, le roman de Margaret Mitchell, "Gone with the Wind" (Autant en emporte le vent), met en scène avec beaucoup de sensibilité la détresse d'une société disparue.

Il vaut le Prix Pulitzer à son auteur, un triomphe au cinéma et d'innombrables imitations (comme La bicyclette bleue de Régine Deforges).

Sans cette conflagration majeure, les États-Unis se seraient sans doute constitués en une fédération sensiblement plus lâche que celle que nous connaissons.

Revenir en haut Aller en bas
two medicine man

avatar

Messages : 2573
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 53
Localisation : mohon(56)

MessageSujet: Re: Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918   Sam 31 Déc 2011 - 10:11

Oki homme au grand couteau

Tu finis l'année en beauté,encore un article sur un aspect plus "confidentiel"de l'histoire u.s.

Bonne fin d'année aux tiens

à plus

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918   Sam 31 Déc 2011 - 10:15

Superbe et très instructif article, merci Tidgi !
Revenir en haut Aller en bas
chatto

avatar

Messages : 1908
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 49
Localisation : 01(region de lyon)

MessageSujet: Re: Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918   Dim 1 Jan 2012 - 11:37

merci tidgi comme d habitude,une vrais bibliotheque se tidgi Wink

_________________
la ou sont mes pieds,je suis a ma place...
Revenir en haut Aller en bas
http://passion-de-louest.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918   

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Industrialisation des Etats-Unis 1865-1918
» [Kaspi, André] Comprendre les Etats-Unis d'aujourd'hui
» [Alesina, A., Glaeser, E.] Combattre les inégalités et la pauvreté : Les Etats-Unis face à l'Europe
» Bryce Canyon (Etats-Unis) - PC et Mac
» Achat achats aux States Etats-Unis/US/USA/monde/Douane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM :: HISTOIRE DE L OUEST :: DATES et EVENEMENTS DE LA CONSTRUCTION DES USA-
Sauter vers: