PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM

Invité
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Batailles navales de la guerre de Sécession

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Batailles navales de la guerre de Sécession   Sam 12 Nov 2011 - 16:31


Batailles navales de la guerre de Sécession
8 mars 1862 - 5 août 1864


La guerre de Sécession, livrée entre Etats confédérés sécessionnistes du Sud et forces de l'Union attachées à la sauvegarde de l'unité des Etats-Unis d'Amérique, se déroula de 1861 à 1865.
Même si les combats terrestres y furent prépondérants, la guerre navale y joua un rôle non négligeable.

Rapidement, l'Union, plus industrialisée, établit un blocus naval des Etats du Sud.
Les Confédérés utilisèrent des navires rapides pour forcer le blocus tandis des flottilles de navires à roue à vapeur se disputèrent le contrôle des grands fleuves.
Intervenant lors d'une période de transition dans la technologie navale, la guerre vit l'utilisation de nombreux navires révolutionnaires, depuis les premiers sous-marins, utilisés par le Sud, jusqu'au monitors cuirassés.

Dans l'ensemble, l'Union conserva l'initiative sur mer...



La bataille de Hampton Roads - 8 et 9 mars 1862


Afin de pallier à la supériorité de l'Union en hommes et en matériel, ainsi que pour contrer le blocus de ses côtes, la Confédération développa rapidement des bâtiments de guerre cuirassés.

Construit sur la carcasse incendiée de la frégate USS Merrimack, capturée dans les premiers jours du conflit, un premier vaisseau fut lancé en 1862. Couvert jusqu'à la ligne de flottaison de plaques de fer de 102 millimètres d'épaisseur, ce navire, rebaptisé CSS Virginia, sortit du chantier naval de Norfolk, le 8 mars 1862, et se vit charger d'attaquer des frégates de l'Union qui bloquaient Hampton Roads.
Bien qu'il ait porté 12 canons, l'arme principale du Virginia était un éperon de fer, destiné à contrer un éventuel cuirassé de l'Union qui aurait résisté aux canons.

Le commandant du Virginia, Franklin Buchanan, mit le cap vers la frégate en bois USS Cumberland. Lancé à pleine vitesse, le Virginia, résistant aux tirs du Cumberland, plongea son éperon blindé dans la coque du navire fédéral. Lorsque ce dernier coula, le cuirassé sudiste faillit être entraîné par le fond et ne se dégagea qu'en brisant son éperon.
La victime suivante fut le USS Congress que son commandant échoa volontairement pour éviter l'éperonnage. Devenu une cible facile pour les canonniers sudistes, le Congress offrit sa reddition, mais les Sudistes continuèrent le combat en raison de tirs d'artillerie fédéraux venant de la côte. Blessé à la jambe, Buchanan dut transmettre son commandement à son second, après avoir ordonné le tir de boulets chauffés à blanc contre le Congress, et ce afin de l'enflammer.
A la fin de la journée, une nouvelle victime fédérale, le Minnesota, s'échoua et se trouva à la merci du cuirassé sudiste mais les Confédérés se retirèrent, escomptant achever ce navire le lendemain.

Le lendemain toutefois, les Sudistes constatèrent l'arrivée sur le théâtre d'opérations d'un cuirassé révolutionnaire fédéral, le USS Monitor.
Ce navire blindé était à-demi submergé et propulsé par une hélice. Il était aussi équipé d'une tourelle rotative contenant deux canons d'un calibre supérieur à ceux du Virginia.
Contrairement au Virginia, navire de bois recouvert de fer, le Monitor possédait tous ses organes cruciaux sous la ligne de flottaison, hormis la tourelle et un petit poste de pilotage à l'avant.

Le combat débuta lorsque le Monitor se positionna entre le Virginia et le Minnesota.
Quatre heures durant, les navires échangèrent des tirs qui ne provoquèrent que quelques bosses sur leurs blindages respectifs.
Bientôt, le Monitor connût des problèmes de tourelles. Il fallut la faire tourner en permanence et tirer dans le mouvement.
De son côté, doté d'une coque en V, contrairement au Monitor qui disposait d'un fond plat, le Virginia s'échoua et ne parvint à se remettre à flot qu'en poussant ses moteurs à la limite de la panne.
Un obus explosa contre la visière du poste de commandement du Monitor, et son capitaine, John L. Worden, fut provisoirement aveuglé.
Dans l'après-midi, incapable de forcer la décision, le Virginia battit en retraite.

Au cours des deux mois suivants, le Virginia fit d'autres sorties mais le duel de cuirassé ne se répéta pas.
Chaque camp se déclara victorieux mais, le blocus restant en place, l'Union avait plus de raisons de se trouver satisfaite.
Le Virginia fut finalement sabordé lorsque la progression nordiste obligea les Confédérés à abandonner Porsmouth.
De son côté, le Monitor, qui avait toujours pris l'eau, fut coulé par un coup de vent dans l'Atlantique, le 31 décembre 1862.



La prise des forts du Mississippi - 18 au 24 avril 1862


Très tôt, l'Union décida de s'assurer le contrôle du bas du fleuve Mississippi.
En février 1862, David Farragut se vit confier la capture de la Nouvelle-Orléans et reçut pour se faire un groupe naval, le West Gulf Blockading Squadron, afin de remonter le fleuve au-delà des positions sudistes de Fort Jackson et Fort Saint-Philip.
Les Confédérés bloquèrent le fleuve à hauteur des forts à l'aide de coques coulées reliées par une chaîne. Selon les estimations sudsites, les navires fédéraux seraient stoppés par cet obstacle et mis en pièce par l'artillerie des forts.

Farragut disposait de 19 barges armées d'artillerie et de transports remplis de 15.000 hommes en vue de mener une attaque terrestre contre les forts si nécessaire.
Les bombardements de l'Union débutèrent le 18 avril 1862 mais ne causèrent que des dommages légers aux forts.
Farragut opta alors pour un passage en force. Dans la nuit du 24 avril, profitant de l'obscurité, 17 navires fédéraux remontèrent le Mississippi vers la barrière que deux autres navires US attaquèrent afin d'y créer une brèche. Par cette brèche, la flotte fédérale s'engouffra en file indienne. A 3H40 du matin, la lune révèla aux Sudistes la position des vaisseaux de l'Union et plus de 100 canons ouvrirent le feu depuis les forts. Des canonnières sudistes se joignirent aux défenseurs et des radeaux chargés de pins et de poix enflammés furent lancés contre les navires de l'Union.
Les navires du centre et de l'arrière de la ligne de Farragut subirent de sérieux dommages mais un seul fut immobilisé, et deux autres contraints à faire demi-tour.
Le CSS Governor Moore et le CSS Jackson, des canonnières protégées par des balles de coton (Cottonclads) parvinrent à éperonner et à couler le USS Varuna.
De son côté, le cuirassé CSS Manassas manqua ses manoeuvres d'éperonnage et s'échoua avant d'être détruit par un navire à roue fédéral, le USS Mississipi.

Ecartant progressivement toute résistance, l'escadre de l'Union parvint à la Nouvelle-Orléans, le 25 avril. La perte du grand port fut un désastre pour la Confédération.



La bataille de Plum Run Bend - 10 mai 1862


En mai 1862, les forces de l'Union qui descendaient le Mississippi menaçèrent Memphis mais sur leur chemin se dressait toutefois le Fort Pillow.
Des canonnières de l'Union, défendues par des navires cuirassés, bombardèrent le fort au début du mois de mai.
Le capitaine de la marine confédérée James Montgomery fit mouvement vers le fort à la tête d'une flottille de vapeurs à roue armés de canons et d'une proue en fer. Des balles de coton furent placées sur ces navires afin de leur fournir une légère armure.

Remontant le Mississippi, les navires sudistes rencontrèrent le cuirassé US Cincinatti. Malgré les bordées du navire US, trois bateaux sudistes parvinrent à éperonner le bateau fédéral, qui sombra en eaux peu profondes.
Un autre cuirassé US, le Mound City, fut éperonné et s'échoua à moitié coulé sur un banc de sable.

Voyant d'autres navires US rejoindrent le lieu du combat, les Sudistes se retirèrent.
La bataille de Plum Run Bend fut bénéfique pour le moral des Sudistes mais elle n'affecta guère le cours des événements. Fort Pillow fut ainsi abandonné un mois plus tard par les Confédérés.



La bataille de Memphis- 6 juin 1862



Après son échec de Plum Run Bent, l'Union prit conscience de l'importance des éperons dans les affrontements fluviaux. Charles Ellet, un ingénieur civil, fut chargé d'aménager une flotte pourvue d'éperons et, à cette fin, renforça 9 remorqueurs.

Le 6 juin 1862, 4 remorqueurs éperonneurs d'Ellet, accompagnés de 5 cuirassés US, descendirent le Mississippi jusqu'à Memphis.
Là, les cottonclads du capitaine Montgomey, vainqueurs de Plum Run Bend, vinrent à leur rencontre .
Les éperons US, commandés par Charles Ellet, percutèrent l'avant-garde sudiste à la vitesse de 15 noeuds. Deux cottonclads furent percés et immobilisés. Les cuirassés US qui suivaient ouvrirent le feu et coulèrent un navire sudiste avant d'en mettre trois autres hors de combat.

Au bout de deux heurs d'affrontement, la flotte sudiste avait cessé d'existern ayant perdu 180 hommes et ne conservant d'un seul navire à flots.
Du côté unioniste, Charles Ellet fut la seule victime.



L'attaque contre Charleston - 7 avril 1863


En 1863, le contre-amiral US Francis du Pont attaqua les défenses du port de Charleston avec son escadre de blocus de l'Atlantique.
Sept monitors blindés et les cuirassés New Ironsides et Keokuk pénétrèrent dans le port le 6 avril 1863, mais une mauvaise visibilité reporta les combats au lendemain.
Les défenses sudistes étaient au point; le canal menant au port était barré par des obstacles et des mines, tandis que les canonniers de Fort Sumter et du fort Multrie se tenaient sur le pied de guerre.

Le monitor Weekhawken ouvrit le feu contre les forts mais fut rapidement pris pour cible et une mine explosa sous lui.
Le Keokuk se retrouva poussé par la marée et son blindage fut rapidement percé.
Au final, les batteries côtières tirèrent 2200 coups, dont 440 firent mouche. Les navires US n'en renvoyèrent que 154 avant d'être contraints à se replier.
Le Keokuk coula le lendemain, et l'assaut contre les forts fut abandonné.



L'Alabama contre le Kearsarge - 19 juin 1864


Le vapeur confédéré Alabama connut de nombreux succès en pillant des navires marchands US. Commandé par le capitaine Raphael Semmes, le navire sudiste coula plus de 60 vaisseaux US.

Le 14 juin 1864, il se retrouva piégé dans le port français de Cherbourg par le navire fédéral Kearsage du capitaine Winslow.
Le 19 juin, Semmes sortit du port afin de combattre. L'affrontement dura plus d'une heure, les navires tournant en cercles de plus en plus étroits en se martellant d'obus.
Mais le Kearsage était blindé; pas l'Alabama. Troué de toutes parts et prenant l'eau, le corsaire sudiste se rendit peu de temps avant de sombrer. Semmes fit partie des hommes sauvés par les Fédéraux.



La baie de Mobile - 5 août 1864


En 1864, Mobile (Alabama) était l'un des deux derniers ports confédérés à défier le blocus US, avec Savannah, en Géorgie.
En août 1864, les forces navales US de l'amiral Farragut tentèrent de prendre le contrôle de la baie de Mobile.

A six heures du matin, le 5 août 1864, l'escadre de Farragut força le barrage installé à l'entrée de la baie. Quatre monitors blindés ouvrirent la voie, se positionnant entre les forts sudistes et les navires US en bois.
L'amiral confédéré Buchanan réagit en engageant le Tennessee, un cuirassé à éperon peu maniable, et trois canonnières dépourvues de blindage.

Les cuirassés US engagèrent un duel d'artillerie avec le Fort Morgan. Mais, bientôt, le Monitor de tête unioniste, le Tecumseh, heurta une mine, se retourna et coula avec 90 membres d'équipage.
L'escadre de l'Union stoppa sous les tirs des canons du fort, les capitaines hésitant à avancer à cause des mines. Mais Farragut fit mouvement et traversa le champ de mines sans encombre, suivi par le reste de son escadre.

Les canons du CSS Tennessee infligèrent de grands dégâts aux navires de l'Union. Trois vaisseaux fédéraux, dont le Hartford de Farragut, éperonnèrent le cuirassé sudiste, mais ils subirent plus de dégâts qu'ils n'en infligèrent.
Les monitors Chickasaw et Manhattan, lourdement armés, finirent par percer le blindage du Tennessee. Buchanan, blessé, ordonna la reddition de son cuirassé endommagé et immobilisé, mettant par là un terme à la bataille de Mobile.

Dans les semaines qui suivirent, les Fédéraux capturèrent les forts situés à l'embouchure de la baie, achevant ainsi le blocus de Mobile, même si la ville resta aux mains des Confédérés.


Revenir en haut Aller en bas
chatto

avatar

Messages : 1908
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 49
Localisation : 01(region de lyon)

MessageSujet: Re: Batailles navales de la guerre de Sécession   Dim 13 Nov 2011 - 17:18

queques images de bateaux (maquette),pour illustré:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

USS MONITOR
Premier navire équipé d'une tourelle, l'équipage se trouvait en-dessous la ligne de
flottaison.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

CSS VIRGINIA
Construit par les confédérés sur la base de la frégate Merrimack prise aux nordistes. Il livre un combat célèbre au Monitor ennemi le 9 mars 1862.

_________________
la ou sont mes pieds,je suis a ma place...
Revenir en haut Aller en bas
http://passion-de-louest.forumgratuit.org
 
Batailles navales de la guerre de Sécession
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Batailles navales de la guerre de Sécession
» Livre sur la Guerre de Sécession
» Liste des Batailles Navales
» Drums & shakos LB version guerre de Sécession
» Private du 54th Massachusetts guerre de Sécession visage et casquette terminé par G.G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM :: HISTOIRE DE L OUEST :: DATES et EVENEMENTS DE LA CONSTRUCTION DES USA-
Sauter vers: