PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM

Invité
 
PortailAccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les assassins de LINCOLN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Les assassins de LINCOLN   Lun 23 Mar 2015 - 17:30

Parmi eux Mary Surratt, qui est la première femme exécutée par le gouvernement fédéral de l'histoire américaine.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Mac Lean
Admin
avatar

Messages : 3120
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 69
Localisation : Haguenau.67

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 14:05

Dommage elle était jolie!!

_________________
www.macleanstory.fr  
Revenir en haut Aller en bas
http://macleanstory.fr
two medicine man

avatar

Messages : 2626
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 53
Localisation : mohon(56)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 15:19

Oki les crédules Shocked Shocked

Tout le monde sait très bien que cette version est fausse. La vérité sur cette affaire est ailleurs:



C'est suite à une morsure de sa propre fille cachée (ou maitresse) qu'il a fait croire à un assassinat pour ne pas se

transformer en zombie.


à plus


_________________
[
Que vouloir de plus
Revenir en haut Aller en bas
Johnnie Reb

avatar

Messages : 1232
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 71
Localisation : Alsace (68)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 16:15

@ TMM -  T'as encore mis plus de gnôle que de café dans ton bol. Tu sais bien que les zombies c'est à la Jamaïque, pas aux United Statesses. Donc ta vidéo est une fausse

Revenir en haut Aller en bas
two medicine man

avatar

Messages : 2626
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 53
Localisation : mohon(56)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 16:29

Johnnie Reb a écrit:
@ TMM -  T'as encore mis plus de gnôle que de café dans ton bol. Tu sais bien que les zombies c'est à la Jamaïque, pas aux United Statesses. Donc ta vidéo est une fausse


Oui avant, mais avec le reggae ils ont migré



RASTA MAN


à plus

_________________
[
Que vouloir de plus
Revenir en haut Aller en bas
Mac Lean
Admin
avatar

Messages : 3120
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 69
Localisation : Haguenau.67

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 16:39

VOUS ETES GRAVES LES MECS ,mais je préfère ça !! Humour quand tu nous tiens.

_________________
www.macleanstory.fr  
Revenir en haut Aller en bas
http://macleanstory.fr
two medicine man

avatar

Messages : 2626
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 53
Localisation : mohon(56)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Mer 25 Mar 2015 - 16:40

Et au pire ils sont venues avec ça:





Voila,qu'est ce t'as a dire la dessus


à plus

_________________
[
Que vouloir de plus
Revenir en haut Aller en bas
Johnnie Reb

avatar

Messages : 1232
Date d'inscription : 17/05/2012
Age : 71
Localisation : Alsace (68)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Jeu 26 Mar 2015 - 7:35

Cà me fait penser à une chanson des environs de la Martinique : (avec l'accent créole) donne du rhum à ton homme, tu verras comme il t'aimera   Wink Wink Wink

Revenir en haut Aller en bas
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Jeu 26 Mar 2015 - 10:51

Ce W E, je vous poste un article complet sur les conspirateurs et assassins de Lincoln.

Si vous êtes encore à l'écoute après tout ce rhum descendu...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Mac Lean
Admin
avatar

Messages : 3120
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 69
Localisation : Haguenau.67

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Jeu 26 Mar 2015 - 11:51

Général Lawrence Sisco a écrit:
Ce W E, je vous poste un article complet sur les conspirateurs et assassins de Lincoln.

Si vous êtes encore à l'écoute après tout ce rhum descendu...


T'inquiète pas ,on lira en Braille ....

_________________
www.macleanstory.fr  
Revenir en haut Aller en bas
http://macleanstory.fr
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Dim 29 Mar 2015 - 7:33

LES CONSPIRATEURS


Le 27 avril, le célèbre photographe Gardner se trouvait à bord du navire USS Montauk et prenait quelques clichés de l’autopsie de John Wilkes Booth, l’assassin du Président Lincoln.Sur ce même navire se trouvaient, prisonniers à fond de cale, quelques-uns des autres membres présumés du complot ayant abouti à l’assassinat du grand homme. D’autres conspirateurs étaient quant à eux retenus à bord de l’USS Saugus.
Gardner décida de les photographier.

Tous ces prisonniers étaient enchainés avec menottes aux poignets et fers aux jambes reliés à des boulets de 75 livres. Tous les jours et pendant toute la journée, ils devaient porter une gagoule sur leurs têtes, ce qui était probablement très inconfortable et très irritant. Cette dernière consigne émanait directement du Secrétaire d’Etat à la Guerre Edwin M. Stanton.

Dans cette affaire, 8 conspirateurs auront été jugés dont 6 étaient détenus par la cour Navale :
Edman Spangler,
Michael O’Laughlin,
David E. Herold,
Lewis Powell (alias Payne ou Paine),
George Atzerodt
et Samuel Arnold.

Les 2 autres conspirateurs restants, le Dr. Samuel Mudd et Mary Surratt, furent emprisonnés dans la vieille prison du Capitole. Ils ne furent, de ce fait, jamais photographiés par Gardner et on ne sait toujours pas à ce jour pourquoi aucune photographie n’a jamais été prise du docteur Samuel Mudd ou de Marie Surratt pendant leur captivité. Peut-être était-ce dû au fait que l’une était une femme et que l’autre était docteur ? Peut-être aussi parce qu’ils étaient issus d’une classe sociale supérieure aux autres conspirateurs ? Peut-être est-ce également pour ces raisons qu’ils furent emprisonnés séparément des autres.



Le Dr Mudd fut condamné à la prison à perpétuité pour sa participation mais fut finalement gracié par le Président Andrew Johnson en février 1869 dans le cadre de « la grâce du Président » de fin de mandat.



Mary Surratt fut quand à elle condamnée à mort par pendaison. Elle fut la première femme à être exécutée par le gouvernement fédéral dans toute l’Histoire des Etats unis d’Amérique.



LES PHOTOS DES CONSPIRATEURS

En ce 27 avril 1865, chaque prisonnier fut donc remonté sur le pont de l’USS Montauk et photographié par Gardner. On demanda à certain d’entre eux de prendre différentes poses, et pour d’autres de porter sur eux les vêtements qu’ils avaient la nuit de l’assassinat.



David E. Herold
 
a été photographié avec les vêtements qu’il portait le soir de son arrestation.
Bien qu’il n’ait jamais admis qu’un verdict puisse être rendu contre lui, il était évident qu’Herold serait reconnu coupable de sa complicité dans la conspiration.
Il a été  condamné à mort par pendaison.
Son exécution eu lieu le 7 Juillet 1865.

Lewis Powell (ALIAS PAYNE ou PAINE)

Il avait tenté - sans réussite - d'assassiner le secrétaire d'État, William Seward.
la culpabilité de Powell ne faisait aucun doute et ce dernier n'avait d'ailleurs jamais nié les faits et les avait reconnu dès le début.
Powell a également été pendu le 7 juillet.

Anecdote le concernant :
Une fois les photos prises, Powell a été reconduit à fond de cale, où, comme les autres prisonniers, il a de nouveau été contraint au port de la cagoule.
Plus tard dans la journée, il tenta de se suicider en se cognant la tête contre le mur.
En réprimande à cela, on l'obligea à porter une autre cagoule plus épaisse, plus chaude et donc plus inconfortable que la précédente.

George Atzerodt

Il fut accusé d'être l'homme de main de Booth, ayant pour mission d’assassiner le Vice President Andrew Johnson le 14 avril, tandis que Booth assassinait le président Lincoln.
Mais Atzerodt ne trouvant pas le courage d’accomplir sa mission s’était enivré et avait marché dans les rues de Washington, cette nuit-là.  
Toutefois, les éléments de preuve trouvés dans sa chambre d'hôtel le reliaient incontestablement à Booth et à la conspiration.
il fut déclaré coupable et condamné à mort par pendaison.
Il fut lui aussi exécuté le 7 Juillet 1865.

EDMAN Spangler

Il travaillait au théâtre Ford, comme manoeuvre. 
Dans l'après-midi du 14 avril Spangler avait participé à l’aménagement de la loge que Lincoln allait occuper.
Aucune véritable preuve de sa participation active à l’assassinat ne fut retenue contre lui si ce n’est d’avoir aidé Booth à quitter le théâtre et d’avoir tenu des propos contre Lincoln plus tôt dans la journée.
Pour ces faits, il fut condamné à 6 ans de travaux forcés.
C’est la peine la moins grave de toutes les condamnations prononcées dans cette affaire.

SAMUEL ARNOLD
 
Dans son cas aussi, Aucune preuve n'a été trouvée pour le relier au complot, mais sa participation fut reconnue dans la tentative d’enlèvement de Lincoln qui avait eu lieu en 1865.  
Pour son implication, Arnold a été condamné à la prison à vie mais fut lui aussi gracié par le Président Andrew Johnson en février 1869 dans le cadre de « la grâce du Président » de fin de mandat.

MICHAEL O'Laughlin

Il n'a pas non plus été formellement lié à l’assassinat, mais, comme Samuel Arnold, il a été impliqué dans l'échec de l'enlèvement de Lincoln en Mars 1865.
Pour ces faits, il fut  reconnu coupable et condamné à la prison à vie.
Il est mort en prison de la fièvre jaune en Septembre 1867.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Dim 10 Mai 2015 - 11:06

Encore un article de qualité rédigé par Patrick Ailliot

QUI ETAIT VRAIMENT
JOHN WILKES BOOTH ?
 

John Wilkes Booth entre dans l'Histoire au cours de la soirée du 14 avril 1865, en logeant la balle de son Dirringer dans la nuque du président des Etats-Unis lors d'une représentation au théâtre Ford de Washington. En abattant Abraham Lincoln, l'homme qui vient de gagner la plus terrible guerre jamais livrée sur le sol américain, qui a tenu tête aux rebelles du sud, qui a permis la libération de plus de quatre millions d'esclaves noirs, Booth vient également de devenir la personne la plus détestée du pays , le premier « vilain » de l'histoire américaine… Pour l'opinion publique comme pour la presse, un homme capable d'un tel acte ne peut être qu'un déséquilibré et un médiocre, on en fera bientôt un fou et un raté, une image qui a perduré dans les livres et l'imagination populaire
jusqu'à nos jours. Mais John Wilkes Booth était-il vraiment cet acteur dément et sans talent ?
Booth est né dans une cabane de rondins, comme Lincoln, à la sortie de Bel Air , dans le Maryland, le 10 mai 1838. Son père, l'acteur Junius Brutus Booth, est venu d'Angleterre en 1821, en compagnie d'une jeune fille Mary Ann Holmes avec qui il s'est enfui en laissant une femme et un fils derrière lui. Le couple va vivre hors des liens du mariage jusqu'à la mort de Junius en 1852. Dix enfants naîtront dont John, (en 9eme position) ou Wilkes comme on l'appellera le plus souvent. Tous s'emploieront à dissimuler cette illégitimité , racontant que leurs parents s'étaient en fait mariés en Angleterre juste avant leur départ … Junius étant un acteur talentueux et reconnu , la famille n'est pas pauvre et possède même quelques esclaves ainsi qu'une maison à Baltimore ou elle passe l'hiver.
 
Enfant, Wilkes étudie dans plusieurs écoles, dont une tenue par des Quakers, puis à St Timothy's hall, une académie militaire épiscopale à Catonsville (Maryland) ou , en compagnie de l'élite sociale du Maryland, il va porter l'uniforme gris . Au cours des années 1850, Booth semble rejoindre les « Know Nothing » , parti politique formé d'hommes natifs du nouveau continent et qui entendent le préserver pour les citoyens blancs qui y sont nés contre les émigrants plus récents. Wilkes quitte l'école à la mort de son père en 1852 et travaille plusieurs années sur la ferme familiale. Mais aux dires même des ses frères et sœurs, la seule chose qui l'attire est le théâtre et la renommée qu'il peut donner . Bien que leur père eut toujours découragé ses enfants de monter sur les planches (Wilkes ne vit même jamais jouer son père) , la passion du théâtre embrasa Wilkes ainsi que deux de ses frères, Edwin et Junius Brutus Jr qui , tout jeune, en feront leur jeu préféré.
Wilkes monte sur scène en 1855 pour la première fois au Saint Charles Street theater de Baltimore. Ce n'est pas un succès ! Il attend près de deux ans avant de refaire une tentative au Weatley's Arch Street Theater de Philadelphie (la capitale du théâtre aux Etats-Unis à cette époque) . Là encore, la gloire n'est pas au rendez-vous. Le directeur du théâtre, William S. Fredericks, ne lui promet pas une grande carrière, et cette opinion semble avoir été partagée par d'autres directeurs de la ville. En septembre 1858, Booth qui persévère, gagne Richmond, en Virginie ou il rejoint le Old Marshall Theatre. Là, il prend confiance en lui et lentement construit sa carrière. Il devient populaire auprès du public tout en étant de plus en plus attiré par la sud et sa façon de vivre. C'est sous le nom de « J.B.Wilkes » que John est monté sur les planches jusqu'alors mais le nom de Booth n'a cependant jamais cessé d'être connu dans le spectacle , car dans le même temps, son frère Edwin, est devenu une célébrité sur les scènes du Nord. Wilkes devient enfin «  J.Wilkes Booth » au cours d'une tournée dans le sud juste avant la guerre.
 
Wilkes ne quitte les planches que très brièvement en 1859 pour s'enrôler dans une milice, les Richmond Grays (20 novembre 1859) avec semble t'il la seule intention d'être témoin de l'exécution de l'activiste abolitionniste , John Brown à Charles Town (Virginie) . Il y parvient effectivement et peu après, il regagne Richmond et démissionne de la compagnie … Ce sera là sa seule expérience militaire.
 
C'est véritablement à partir de 1860 que la carrière de Wilkes « s'envole ». Il devient une vraie vedette avec des cachets de plus de 20 000 dollars par an ! Il est acclamé comme le « plus jeune tragédien du monde » et pas seulement dans le sud, puisque il entame une grande tournée dans les villes nordistes en janvier 1861 de New York à Washington ou il remporte un triomphe. Sa personnalité , ses manières, son élégance , mais aussi la façon dont il refreine ses sympathies sudistes le font admirer partout, et finalement, même au nord, tout le monde n'apprécie pas le nouveau président élu , Abraham Lincoln !
Quand la guerre éclate, Wilkes reste au nord, peut être pour préserver sa carrière dans une région ou les théâtres ne désempliront jamais ! Il prétendra avoir promis à sa mère qu'il ne s'engagerait pas dans l'armée confédérée , malgré tout, il semble bien qu'il se soit livré au trafic de quinine pour les forces sudistes, médicaments qu'il achète avec ses cachets qui sont alors de 900 $ par semaine .
La guerre civile qui divise le pays divise également de nombreuses familles dont les Booth. Edwin, le frère aîné , est un fervent partisan de Lincoln, bien que ses mobiles ne soient pas que politiques. En effet, il sauva le fils des Lincoln , Robert , lors d'un accident de chemin de fer à Jersey Station au tout début du conflit .
Rivaux sur les scènes, les frères Booth le sont aussi en politique et le sujet est banni lors des réunions familiales . Wilkes rattrape son frère en popularité et le dépasse même sur certains points sans doute de part son physique avantageux et son charme qui séduit d'avantage les femmes. Chaque semaine, il reçoit des centaines de lettres d'amour d'admiratrices passionnées , certaines le suivent jusqu'à chez lui, l'arrachent de scène et il est le premier acteur de l'histoire à avoir eu ses vêtements littéralement mis en pièces par une horde de « fans » déchaînées !!!
Wilkes n'est évidemment pas insensible au charme féminin et, bien que les indiscrétions dans ce domaine soient infiniment plus rare en 1860 qu'aujourd'hui, il est certain qu'il eut un certain nombre d'aventures, en particulier avec les actrices des pièces dans lesquelles il jouait.
Le 26 avril 1861, de retour à son hôtel en compagnie de l'actrice Henrietta Irving, après une représentation au Green Street Gayety Theatre d' Albany, à New York et alors que le couple avait beaucoup bu (un défaut que Booth aurait hérité de son père), Wilkes fut blessé d'un coup de couteau au visage lors d'un accès de jalousie de la dame . Croyant l'avoir tué, celle-ci tenta de se poignarder mais ne fit que se blesser. On imagine combien ce genre d'affaire fit jaser dans les salles de spectacle du nord !
Au moment ou Wilkes fut tué en 1865 , on découvrit d'ailleurs cinq photographies de jeunes femmes sur son corps dont celle de Lucy Hale, la propre fille du sénateur abolitionniste John P.Hale, avec qui il s'était d'ailleurs secrètement fiancé en mars 1865 !
 
Au cours des années de la guerre, Wilkes apparaît à New York, Boston, Baltimore, Chicago, Cleveland, Detroit, St Louis, Leavenworth , Nashville, La Nouvelle Orléans et plusieurs autres villes. Son rôle fétiche est celui de Richard dans Richard III qu'il joue à peu près partout. Les critiques le comparent à son père et certains n'hésitent pas à affirmer que c'est lui plutôt qu'Edwin qui a hérité du génie de Junius Brutus Senior ! Il est dit par une de leurs soeurs , Asia, qu'Edwin en tremblait pour ses propres lauriers lors d'une représentation de « Jules César » en novembre 1864 ou les trois frères se retrouvèrent sur la même scène.
Depuis le déclenchement de la guerre, au cours de ses déplacements dans le nord , John Wilkes Booth ne cachait plus ses sympathies pour le sud et son dégoût pour Lincoln , pourtant, cela ne lui attira jamais d'ennuis sinon une arrestation au printemps de 1862 lors d'un passage à St Louis et une comparution devant le provost marshall de la ville .
Après une autre représentation à la Nouvelle Orléans en mars 1864, alors que Booth et quelques amis déambulaient dans les rues, l'un d'eux fit le pari que Wilkes n'aurait jamais le courage de chanter « Bonnie blue flag » , fameux air sudiste interdit en ville depuis 1862. Bien entendu, Wilkes s'exécuta immédiatement alors que ses compagnons s'enfuyaient. Le premier couplet à peine terminé Booth se vit entouré par une foule de soldats de l'Union plutôt menaçants . Booth joua la comédie à fond, plaidant l'ignorance, disant qu'il ne savait pas ce qu'il chantait, que l'air était joli… Les soldats le laissèrent partir à l'extrême stupeur des amis de Wilkes convaincus dès lors que n'importe qui d'autre que lui aurait fini la guerre derrière les barreaux !!!
Deux mois plus tard , Booth terminait ce qui devait être sa dernière tournée , mais personne ne le savait alors. Il n'aurait plus que trois occasions de remonter sur scène. Pendant ce temps libre il pu se consacrer à ses investissements dans le pétrole de Pennsylvanie ou il avait créé une compagnie, la « Dramatic oil company ». Déçu du manque de bénéfices immédiats, il revendit ses parts à son frère Junius.
 
Wilkes a d'autres activités au cours de cet été 1864. Il voyage au Canada, à Montréal , ou il rencontre et sympathise avec des agents confédérés. Des plans pour kidnapper Lincoln sont échafaudés et quand il rentre à Washington, Booth commence à recruter quelques complices pour la réalisation de son projet. Ces complices seront Michael O'Laughlen, Samuel Arnold, Lewis Powell (Paine), John Surratt, David Herold, George Atzerodt et d'autres probablement qui resteront inconnus. En conduisant Lincoln à Richmond , Booth espère contraindre le gouvernement fédéral à un échange contre tous les prisonniers de guerre sudistes qui reprendraient ainsi leur place dans les rangs décimés des forces confédérées. Les routes de fuite possibles par le sud du Maryland, sont reconnues, des routes peu ou pas gardées à cause de leur peu d'intérêt stratégique . C'est d'ailleurs par là que Booth fuira au soir du 14 avril… Il est plus que probable qu'en plus de ses connections avec les agents sudistes au Canada , Booth ai également eu des contacts avec Richmond . Au cours du procès des conspirateurs, il sera fait mention , à de nombreuses reprises, d'un courrier confédéré, Mrs Sarah Slater , et de ses régulières allées et venues entre la capitale Confédérée, Washington et le Canada. Plusieurs des complices de Booth parleront de Mrs Slater mais les fédéraux ne mettront jamais la main sur elle. Elle semble d'ailleurs disparaître de la surface de la terre après le meurtre du 14 avril … Sa seule existence suffit cependant à démontrer que si Richmond n'est pas à l'origine du complot contre Lincoln, les services confédérés et sans doute des responsables du gouvernement sudiste étaient cependant au courant des projets de Booth contre le président , projets d'enlèvement rappelons le , il n'est alors pas question d'assassinat .
Le 15 mars 1865, les conspirateurs se réunissent au Gautier's restaurant sur Pennsylvania avenue , tout près du théâtre Ford. Peu après, Booth apprend que le président a prévu de se rendre à une représentation au Campbell Hospital juste aux limites de Washington, le 17 mars.
L'occasion semble idéale de capturer Lincoln au cours de ce déplacement , hélas, le président décide au dernier moment de parler au 140th régiment de l'Indiana et de remettre un drapeau capturé au gouverneur de ce même état.
Wilkes, prévenu, annule bien sûr l'opération. Il semble que d'autres idées de kidnapping aient été envisagées par le groupe . Signalons d'ailleurs que le 8 avril, dans le nord le la Virginie, un parti de cavaliers appartenant aux forces du colonel Mosby se tenait encore près à prendre en charge la personne du président de l'Union en cas de réussite d'un enlèvement !
Le 9 avril, Lee dépose les armes à Appomattox, quelques jours après la chute de Richmond. Le 11, Lincoln prononce son dernier discours au balcon de la Maison Blanche . Booth, en compagnie de deux de ses complices est dans l'assistance. Le président parle de droits nouveaux pour les noirs… « Maintenant par Dieu, je vais l'abattre, c'est son derniers discours » enrage Booth. Enlever le président ne servant plus à rien désormais, Booth radicalise donc son opération . Il s'agit maintenant de tuer Lincoln, mais également le vice-président Johnson et le secrétaire d'état Seward, laissant le nord dans le chaos le plus
complet et permettant ainsi à la Confédération de négocier ou continuer la lutte. Bien sûr, Booth ignore dans quel état se trouve son sud bien aimé…
On connaît la suite, Booth se charge de Lincoln tandis que Paine s'occupe de Seward (qu'il blessera)et qu'Atzerodt doit exécuter Johnson (il renoncera en chemin). Wilkes, lui accomplit sa mission qu'il a très bien préparé, personne ne s'étonnera de le voir au théâtre Ford ou il a joué encore quatre semaines auparavant. Le garde du corps du président ne l'aurait il même pas laissé passer en reconnaissant l'acteur le plus célèbre d'Amérique ? Le 9 novembre 1863, assis dans la même loge du théâtre Ford, Lincoln applaudissait Booth jouant « The Marble Heart ». Il lui fit même passer un billet dans sa loge réclamant l'honneur de lui parler , mais Booth , avait décliné l'offre !
Booth tire alors que la salle rit pendant un moment comique de la pièce « Our American Cousin », la plupart des spectateurs n'entendent même pas le coup de feu et quand l'acteur saute sur la scène, beaucoup pensent que c'est pour le spectacle ! Booth sera rattrapé quelques jours plus tard et abattu dans une grange . A ce moment , le comédien qui a charmé une nation , celui dont on collectionnait les articles des journaux ou les photographies, n'est plus qu'un immonde assassin , la bête noire de toute une nation qui va rapidement oublier tout un chapitre de son histoire théâtrale . Booth qui a toujours excellé dans la tragédie vient d'écrire la sienne ...
P.AILLIOT

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Sam 29 Aoû 2015 - 11:17





"The photo of Lincoln lying in an open coffin is the only one that exists. It was taken by photographer Jeremiah Gurney, Jr., on April 24, 1865, as the president’s body lay in state in City Hall in New York. It was immediately confiscated by Secretary of War Edwin Stanton (1814-1869) and was hidden away for 87 years until it was discovered in the Illinois State Historical Library in 1952, by then 15-year-old Ronald Rietveld, who was researching the papers of Lincoln’s persona...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Mac Lean
Admin
avatar

Messages : 3120
Date d'inscription : 18/04/2011
Age : 69
Localisation : Haguenau.67

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Sam 29 Aoû 2015 - 13:02

sacré histoire !!

_________________
www.macleanstory.fr  
Revenir en haut Aller en bas
http://macleanstory.fr
Général Lawrence Sisco
Admin
avatar

Messages : 4409
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 56
Localisation : au Sud... (de l'Eure et Loir)

MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   Dim 8 Nov 2015 - 16:22

Edwin Thomas Booth (13 novembre 1833 – 7 juin 1893) est un célèbre acteur américain au XIXe siècle. Il est né près de Bel Air (Maryland) dans une famille d'acteurs. Certains historiens du théâtre le considèrent comme le plus grand des acteurs américains du XIXe siècle.

Saviez-vous qu’il est le frère aîné de John Wilkes Booth, également acteur et assassin du président Abraham Lincoln.

  
                 Edwin Thomas Booth                             Robert Todd Lincoln

Edwin Thomas Booth sauva un jour la vie du fils d'Abraham Lincoln, Robert Todd (alors âgé d'un vingtaine d'années), en l'empêchant d'être percuté par un train en gare de Jersey City. La date de cet événement est incertaine mais c’est censé avoir eu lieu à la fin de 1864 ou au début de 1865. 

En 1864 ou 1865, Robert Todd Lincoln, en vacances à Harvard, était en voyage de New York à Washington, en transit à la gare à Jersey City, New Jersey. Tandis qu’il faisait la queue pour les billets sur un quai de la gare, Robert a été pressé par la foule contre le train à quai qui a commencé à rouler et il est tombé dans l'étroit espace entre le train et le quai. Il était incapable de s’en échapper quand une main saisit le col de son manteau et l'a tiré vers le haut sur la plate-forme. Robert se retourna vers son sauveur et reconnu Edwin Booth, acteur de théâtre le plus vénéré de l'Amérique qui voyageait vers Richmond, en Virginie, avec son ami John T. Ford (propriétaire du théâtre Ford à Washington, DC). Robert remercia l’acteur en s’adressant à lui par son nom « Je suis probablement sauvé d'une très mauvaise blessure sinon quelque chose de pire par M. Booth. »

Ce n’est que quelques mois plus tard qu’il apprit à qui il avait sauvé la vie.



Robert Lincoln a rappelé l'incident dans une lettre de 1909 à Richard Watson Gilder, rédacteur en chef de 
The Century Magazine.

Après l'assassinat de Lincoln en avril 1865, l'infamie associée au nom de Booth force Edwin à quitter la scène quelques mois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/TheBoegler/videos
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les assassins de LINCOLN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les assassins de LINCOLN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1995 Assassins
» Green Manor - Tome 1: Assassins et Gentlemen [Vehlman & Bodart]
» [Giacometti, Eric & Ravenne, Jacques] Antoine Marcas - Tome 5: La croix des assassins
» 13 Assassins de Takashi Miike
» Les assassins de l'ordre - Marcel Carné 1971

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PASSION DE L'OUEST. MAC LEAN'S AND FRIEND'S OLD WEST FORUM :: HISTOIRE DE L OUEST :: MEXIQUE, PIONNIERS, COLONS,CIVILS....-
Sauter vers: